La cotation boursière comme supplément d’âme

Le journaliste Axel de Tarlé a consacré sa chronique matinale sur Europe 1 mercredi 3 avril à la lamentable affaire de l’Ehpad de La Chêneraie à Lherm où 5 personnes ont trouvé la mort, probablement à la suite d’une intoxication alimentaire. Il commence par apprendre aux auditeurs que cette maison de retraite est rattachée au groupe français Korian « géant européen coté en Bourse » et s’interroge vertueusement : aurait-on « privilégié la rentabilité financière au détriment de la sécurité » ?

La chronique, dont on peut lire la transcription sur le site d’Europe 1, poursuit son parcours moral en rappelant que le coût de 3 repas par jour et par résident est d’un peu plus de 4 euros (ce qui ne comprend pas le travail de préparation des repas, effectué sur place) et renvoie, comme de juste, à l’enquête en cours pour savoir s’il y a eu « des fautes dans le suivi des procédures ».

Mais notre habile chroniqueur, après avoir échauffé l’auditeur et mené à son comble une juste indignation contre l’appât du gain, procède à une péripétie, un retournement spectaculaire destiné à frapper les esprits et à les remettre sur la bonne voie.

En effet il est « rassurant », ajoute-t-il, que le groupe soit coté en bourse : c’est une garantie, une « surveillance » qui s’ajoute au contrôle sanitaire réglementaire ! Mais oui, et voici la preuve – tenez-vous bien : après l’éclosion de cette déplorable affaire, l’action Korian a dévissé de plus de 7 % ! La main invisible du marché boursier a puni Korian, et on comprend bien qu’un groupe de cette importance «  ne peut absolument pas se permettre de vivre ce genre de drame à répétition » (c’est moi qui souligne). Une fois et 5 morts, passe encore1, mais ne recommencez pas, sinon… Sinon vous risquez encore d’exposer des personnes à de graves accidents ? Mais non ! La bonne réponse est : sinon vos actions vont encore « dévisser » ! C’est ça la prise de risque !

Et de conclure sur les bienfaits de la cotation en bourse : finalement, c’est une « garantie » de qualité pour les produits et le service ! Sophisme qui traite ici de manière homogène d’une part le contrôle et la surveillance sanitaires (lesquels s’appliquent à la nature des produits et des services, s’effectuent a priori, ont pour motif la bienveillance due à chacun, et pour finalité la sécurité et la santé des personnes), et d’autre part la sanction du marché des actions, laquelle porte sur la valeur estimée de celles-ci par les acheteurs, s’effectue a posteriori, a pour finalité l’argent et pour mobiles la crainte d’en perdre ou l’espoir d’en gagner.

Réussir en 2000 signes (à peine trois minutes d’antenne) à mettre une faute volontaire de logique au service de la vertu du marché en l’installant par une antithèse : il faut avouer que cette chronique demandait un certain talent. Nous sommes à la fois éblouis et édifiés, tant la cotation en bourse a de vertus.

1 – Un article du Monde rappelle que « Avant cet accident, le groupe avait déjà connu plusieurs épisodes très compliqués qui ont écorné sa réputation ces dernières années ». https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/04/02/deces-dans-un-ehpad-la-reputation-du-groupe-korian-a-nouveau-entamee_5444649_3234.html

One thought on “La cotation boursière comme supplément d’âme

  1. AvatarBraize

    Ce triste sire qui anime parfois C dans l’air se positionne comme un âne de première et, souvent, il semble ne comprendre rien à rien et s’encanailler dans une vulgarité du propos qu’il doit trouver de bon aloi.
    Je ne suis pas certain qu’il soit roué au point de jouer le jeu idéologique que notre chère Mezetulle lui prête. Il ne s’agit que d’une affaire de stupidité. Mais beaucoup par ces temps en mangent.
    Mais bon sur preuves contraires je suis prêt à m’incliner !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.