Rugby : la mentalité de « valeureux perdant »

Entre Cyrano de Bergerac et le « livret de compétences »

Après les courtes défaites contre l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le XV de France a trébuché de peu (3 points) contre l’Angleterre à l’ouverture des 6 nations 2017. Cette régularité de « valeureux perdant qui méritait mieux » et dont on aligne les statistiques après chaque match (n’ont-ils pas coché toutes les cases du « livret de compétences » ?) demande quelque réflexion : ce qu’il faut réussir, c’est l’épreuve ! [Avec un ajout du 12 février après la victoire brouillonne contre l’Écosse… enfin !]

« On continue à ne pas gagner ». Je paraphrase ici, mais en le retournant, un mot d’esprit de Patrice Lagisquet, ironique devant le jeu terne, mais gagnant, du Biarritz Olympique à l’automne 20071.

Oui, comme le dit un article de Rugbyrama, après la très courte défaite du XV de France samedi 4 février devant l’Angleterre, « Etre de magnifiques perdants, ça suffit ! » On préférerait tout de même de médiocres gagnants. Les Anglais, qui balbutiaient leur rugby en première période, on gardé leur sang-froid et monté en puissance, changeant de méthode, corrigeant leur points faibles, sachant gérer l’horloge comme un partenaire et utiliser les ressources de leur banc. Ils ont gagné et pas du tout médiocrement par-dessus le marché. Le match était beau, passionnant.

C’est cependant à grands renforts de statistiques, occupation du terrain, occasions d’essai, engagement, touches, ballons rendus, mêlées, etc., que certains essayent de se consoler devant un tableur Excel. Sauf que le rugby, pas plus que la vie, ne se réduit à des statistiques. Le « contrôle continu », s’il peut excuser un faux-pas en compétition ou en examen, ne peut pas servir d’alibi à qui manque, régulièrement, de réussir les épreuves. Une épreuve, qu’il s’agisse d’une compétition sportive ou d’un examen, n’est pas cumulative en ce sens : c’est le moment où on remet tout en question, c’est un moment de vérité et non une accumulation de petits succès. La somme est celle du travail de préparation, et elle doit être mobilisée intégralement à l’instant « T » pour réussir.

Aligner les qualités de bon élève bien propre sur lui en cochant toutes les cases du « livret de compétences » ne suffit donc pas. Car les « compétences », à ce niveau, c’est la moindre des choses : ce sont des performances qu’on attend. Le bon élève n’est pas celui qui fait plaisir aux grilles préétablies de classification2, c’est celui qui est véritablement armé pour affronter les épreuves.

Heureusement, cette mentalité pleurnicharde et infantile de « perdant valeureux qui méritait tellement mieux », oscillant entre la célébration du panache humble de Cyrano de Bergerac, cet éternel loser, et l’aigreur de la calculette frustrée faisant les moyennes des différents « secteurs de jeu » – comme si on était ici en situation d’apprentissage – n’est pas celle des joueurs, ni celle de Guy Novès, qui, après avoir fait sans concessions la liste des fautes individuelles, déclare :

« On perd de trois points contre les Anglais, deux contre l’Australie et cinq contre la Nouvelle-Zélande (en novembre). Finalement on n’est pas si loin que ça, même si sur des périodes du match on a été quand même dominés, il y a des secteurs sur lesquels on peut progresser. On n’a que ce que l’on mérite. Malgré tout on perd et on ne méritait pas de gagner sur la fin du match. Il faut en prendre conscience et que ça nous serve de leçon. Et se tourner vers l’avenir en se disant qu’on a les moyens de mieux faire. » (Rugbyrama 6 février)

C’est au rugby que la langue courante a emprunté l’expression « il faut passer de l’essai à la transformation ». Il faut savoir passer de la salle de classe à la situation d’examen.

Ajout du 12 février après la victoire contre l’Écosse : où l’on voit que gagner n’est pas une « compétence » parmi d’autres

Ouf, ça y est ! Victoire 22 à 16 contre une équipe d’Écosse très accrocheuse ce dimanche 12 février, à l’issue d’un match crispant, avec un jeu brouillon, beaucoup moins bien décliné (à part une mêlée souveraine) que contre l’Angleterre le 5, mais… gagnant (ou plutôt « non-perdant »). Cette fois, même s’ils n’ont pas coché toutes les cases du « livret de compétences », ils n’ont pas oublié la case principale, dont on voit bien qu’elle ne valide pas une « compétence » parmi d’autres. On préfère ça !

Il est donc permis de souhaiter davantage : conjuguer l’application valeureuse et la gagne, c’est possible ? Il semble même que ce soit nécessaire pour enchaîner les épreuves de ce très bel objet sportif qu’est le Tournoi des 6 nations.

© Catherine Kintzler, 2017. Article publié parallèlement sur le blog La Choule.

Notes
  1. Il avait en effet déclaré : « On continue à ne pas perdre«  []
  2. Surtout si ces grilles sont établies par une école aveugle au réel – ce qu’une formation sportive de haut niveau ne peut pas se permettre. Aussi celles des « secteurs de jeu » restent heureusement près de la réalité et de la consistance d’une discipline, si on les compare aux « compétences » du collège 2016 ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *