Qui est « Mezetulle » ?

« Mezetulle » est à la fois le nom du site et le nom d’éditeur de Catherine Kintzler : pour des renseignements détaillés sur CK, voir ici.

Mezetulle est un site personnel lancé en novembre 2005 sur Overblog (site d’archives toujours accessible ici), qui se poursuit depuis 2015 sur la présente plateforme WordPress. Il accueille beaucoup d’auteurs autres que CK.

Lorsque j’ai lancé la première version de ce blog-revue, beaucoup de lecteurs m’ont demandé d’où vient le nom « Mezetulle » et ce qu’il peut bien cacher.

À deux accents aigus près que j’ai supprimés, Mézétulle est le nom du lieutenant de Massinisse, roi de Numidie, dans la Sophonisbe de Pierre Corneille, une de mes pièces préférées. Ce personnage secondaire est chargé de menues négociations entre les princes d’Afrique du Nord et les Romains, il est une sorte de relais, de témoin, de go between. Mais je dois ajouter que Massinisse, fait prisonnier par les Romains, charge Mézétulle de porter une fiole de poison à Sophonisbe, reine de Carthage, afin qu’elle puisse se donner la mort qui lui évitera la honte de tomber à son tour dans les fers des Romains…  Je ne vous raconte pas la fin : ça vaut vraiment le coup d’aller la lire dans la pièce de Corneille.

De tout cela, il ne faut rien conclure de trop précis sur mes intentions à propos du site. « Mezetulle », c’est un clin d’œil, un nom qui sonne bien, commode par son indétermination en genre et qui s’est révélé être un bon choix informatique car il est jusqu’à présent unique sur le web.

Merci à tous ceux qui viennent visiter ce blog-revue qui se veut parfois (légèrement ?) empoisonneur.

En savoir plus sur CK

7 réflexions au sujet de « Qui est « Mezetulle » ? »

  1. MESNY Thierry

    Bonjour,
    Je trouve la nouvelle présentation du blog très agréable, lisible et d’une grande classe typographique.
    Meilleurs voeux pour le combat laïque en 2015.

    T.M.

    Répondre
  2. Aubin Marie-Eve

    Je découvre votre site à travers un article fort réjouissant sur l’écriture dite inclusive. Moi qui appartenais à un grand corps de l’Etat qui comporte le grade de « Maître des requêtes » que j’ai porté avec fierté et duquel je reçois désormais des lettres circulaires à en-tête de  » la cheffe de cabinet » suis particulièrement alarmée de ce nouvel acte de démolition de la langue française.

    Répondre
  3. Bernard Duyé

    Oui,vraiment,votre article est réjouissant,surtout écrit par une FEMME! Moi aussi je suis effondré par ces innovations qui ne servent à rien, qui compliquent inutilement la langue;et je l’écris d’autant plus que j’ai été ancien correcteur au CNED (je n’ai pas fait de présentiel étant ma petite déficience visuellle) et donc je sais ce qu’il en est des questions orthographiques….Déjà « auteure », »cheffe », et autres nouilleries de ce genre me chiffonaient fortement mais là je crois qu’on atteint le pompon….J’espère que cela ne deviendra JAMAIS obligatoire….Mais votre article me semble en particulier intéressant du fait qu’il montre bien que d’une certaine façon on réintroduit par la petite porte la méthode dite globale qu’on avait paraît-il chassée par la grande .Au fond c’est peut-être le but ,non?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *