Tribune « Voile des accompagnatrices scolaires : sortir de la confusion et de l’émotivité »

Tribune sous forme de Lettre ouverte au président de la République publiée dans Le Figaro du 7 novembre et en ligne le 6 novembre sur le site Figarovox.

En voici les premières lignes :

Monsieur le Président, «Le port du voile dans les services publics, à l’école, quand on éduque nos enfants, c’est mon affaire», avez-vous déclaré.

C’est bien le cœur de la question. Mais l’école de la République est-elle circonscrite aux murs d’un bâtiment?

Le débat sur le port de signes religieux par des accompagnateurs de sorties scolaires n’est pas nouveau. À la suite de l’affiche de la FCPE présentant une accompagnatrice voilée, assortie du slogan: «Oui, je vais en sortie scolaire, et alors?», et de la légende suivante: «La laïcité, c’est accueillir tous les parents sans exception», puis du déplorable incident impliquant un élu du Rassemblement national, le sujet flambe, souvent dans la plus grande confusion. Il faut donc y revenir.

La réglementation actuelle ne fait pas du port de signes d’appartenance religieuse ou politique un droit absolu pour les accompagnateurs bénévoles. Cette liberté qui leur est actuellement accordée a pour conditions le bon fonctionnement du service et l’absence de trouble à l’ordre public, lesquels sont appréciés par le directeur d’école ou le chef d’établissement – de sorte qu’un éventuel refus puisse être précisément motivé. Mais, en l’absence de règle générale claire, tout est renvoyé (comme lors de l’affaire de Creil en 1989) aux enseignants sur le terrain et reste très sensible aux fluctuations de l’opinion.

Il nous paraît nécessaire d’interdire l’affichage religieux ou politique par les personnes accompagnant occasionnellement les élèves lors de sorties scolaires

[suite sur Figarovox, repris en texte intégral sur le site de l’UFAL]

Signataires :
Fatiha Agag-Boudjahlat, enseignante, essayiste, féministe universaliste pour la laïcité.
Charles Arambourou, magistrat honoraire, militant laïque (UFAL).
Laurent Bouvet, cofondateur du Printemps républicain, professeur de science politique .
Martine Cerf, secrétaire générale d’Égalité Laïcité Europe (EGALE).
Elisabeth de Fontenay, philosophe.
Marieme Hélie-Lucas, sociologue, directrice du réseau «Secularism Is a Women’s Issue».
Liliane Kandel, sociologue.
Eddy Khaldi, président de la Fédération nationale des délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN).
Catherine Kintzler, philosophe.
Sabine Prokhoris, philosophe et psychanalyste.
François Rastier, linguiste, directeur de recherches au CNRS.
Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République.

One thought on “Tribune « Voile des accompagnatrices scolaires : sortir de la confusion et de l’émotivité »

  1. AvatarFrançois Braize

    Remarquable Tribune que l’on ne peut que saluer ! En effet il faut sortir de la confusion et de l’émotion, deux des mamelles de la bêtise…
    J’y ajouterai volontiers que le code de l’éducation (partie législative) range les parents qui participent au fonctionnement du SP de l’éducation (SP soumis au principe de laïcité par notre constitution elle-même) dans ce qu’il dénomme la « Communauté éducative ». Dès lors, on peut donc considérer que les pouvoirs publics auraient pu, sans prendre de nouvelle loi, décider (pour donner un fondement légal à une interdiction par une simple circulaire), qu’en application de ces dispositions du code de l’éducation tous ceux qui collaborent au SP de l’éducation sont astreint aux mêmes principes, dont celui de non affichage ostensible, face aux enfants et, ce, dans l’école ou en sorties scolaires, des convictions politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales.
    De la sorte, on se serait évité bien des tracas actuels et passés face à l’offensive protéiforme et tous azimuts des islamistes. Mais l’ignorance crasse de notre propre droit, l’absence de courage voire la démagogie ont fait le travail.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.