Ce que Monsieur Trudeau ne tolère pas

Le Premier ministre canadien admet qu’on soit libre de s’exprimer, pourvu que par là on ne choque personne. Il aurait dit ceci : « Nous nous devons d’agir avec respect pour les autres et de chercher à ne pas blesser de façon arbitraire ou inutile ceux avec qui nous sommes en train de partager une société et une planète ». Mais que peut-on dire qui ne choque personne et qui ne paraisse pas arbitraire ou inutile à celui qu’on choque ? On remarquera que M. Trudeau ne respecte pas le principe qu’il énonce.

L’histoire des sciences, pour ne considérer que cet aspect du combat pour la vérité et la liberté, est une succession de découvertes qui commencent par être considérées comme blasphématoires et comme manquant de respect pour les autres. Galilée blessait ceux qui refusaient de penser que la Terre tourne sur elle-même et autour du Soleil.

Monsieur Trudeau ne sait visiblement pas ce qu’il dit : car si, par exemple, c’est manquer de respect à l’égard des créationnistes de soutenir l’hypothèse darwinienne, c’est manquer de respect à l’égard de ceux pour qui cette hypothèse a une signification scientifique que refuser de l’enseigner. Et ne manque-t-il pas lui-même de respect à l’égard de la France en se mêlant de juger la laïcité que jusqu’à nouvel ordre la France n’impose pas aux Canadiens ? Quoique la France soit sur la même planète que le Canada, il ne se prive pas de blesser les Français par ses propos. On remarquera qu’il ne respecte pas le principe qu’il énonce. C’est que la limitation de la liberté d’expression telle qu’il l’entend va toujours dans le même sens : il considère que la critique des croyances religieuses est blasphématoire.

Si en outre Monsieur Trudeau a raison, on ne voit pas comment la moindre prise de position sur un sujet quelconque pourrait ne pas allumer partout la guerre, que ce soit la guerre civile ou la guerre entre les États : c’est précisément ce que veulent les islamistes dont Monsieur Trudeau est l’allié. Et le genre de discours qu’il tient n’est pas à une contradiction près : veut-il limiter la liberté d’expression des islamistes qui considèrent les chrétiens comme des croisés qu’il faut massacrer par tous les moyens ? Combattre le fanatisme islamiste, c’est en effet outrepasser les limites de la liberté d’expression telle qu’il l’entend, puisque c’est les blesser inutilement.

En outre il aurait dit : « On n’a pas le droit par exemple de crier au feu dans un cinéma bondé de monde, il y a toujours des limites ». Qui a jamais considéré que la liberté d’expression consistait à interrompre un spectacle pour dire n’importe quoi ou même ce qu’on croit être la vérité ? Publier un journal avec des caricatures revient-il à « crier au feu dans un cinéma bondé de monde » quand il n’y a pas d’incendie ? Je blesserais sans doute Monsieur Trudeau si j’allais jusqu’au bout des pensées que son discours me suggère… Mais est-ce la première fois dans l’histoire que la foi et la mauvaise foi sont confondues ?

8 thoughts on “Ce que Monsieur Trudeau ne tolère pas

  1. AvatarFrédéric Fleury

    Je ne suis donc pas seul à avoir été choqué par ce pseudo-sotien très moralisateur à la liberté d’expression et par cet « homme de paille » (crier au feu au cinéma) !

    Répondre
  2. AvatarPierre Leyraud

    Je suis tout à fait d’accord avec J M Muglioni pour dénoncer les limitations qui le premier ministre J. Trudeau met à la liberté d’expression. À toutes fins pratiques, c’est remettre en cause la liberté d’expression elle même. Pour nous, au Canada et plus particulièrement au Québec, la famille Trudeau-père et fils- est responsable de l’installation et de la promotion continue du multiculturalisme. Des déclarations de ce type ne sont pas des choses nouvelles. On peut d’ailleurs dire que le plus inquiétant n’est pas sa déclaration en elle même, mais le fait qu’on a tendance à s’y habituer sans grande réaction. On peut saluer la réaction du premier ministre du Québec contre cette déclaration, mas il faut souligner aussi que dans le reste du Canada, largement gagné à la cause du multiculturalisme, la déclaration de Trudeau n’a pas fait de remous car elle reflète ce que pensent beaucoup de gens.

    Cela dit, peut on utiliser n’importe quel argument pour dénoncer la déclaration de J Trudeau ? Il me semble que ne pas utiliser de bons arguments fait qu’affaiblir la dénonciation qu’on veut faire.
    Quand je lis dans le texte de J.L Muglioni:  » Et ne manque-t-il pas lui-même de respect à l’égard de la France en se mêlant de juger la laïcité que jusqu’à nouvel ordre la France n’impose pas aux Canadiens ? » je me demande ce que vient faire la laïcité avec la déclaration de J.Trudeau? Même si J Trudeau s’est déclaré plusieurs fois explicitement contre la laïcité en France et au Québec, la déclaration de J Trudeau, « l’affaire des caricatures » et de Charlie Hebdo ne concernent pas, de près ou de loin, la laïcité. Voir une question de laïcité où elle n’est pas c’est affaiblir d’autant la laïcité, qui intervient, faut-il le rappeler, uniquement dans la sphère public sous l’autorité de l’État.
    Plus loin je lis aussi: »: c’est précisément ce que veulent les islamistes dont Monsieur Trudeau est l’allié. »J.L. Muglioni fait une erreur dangereuse en considérant J. Trudeau comme un « allié » des islamistes. Erreur, si on se fie au sens du mot allié, qui suppose une entente ou du moins une alliance. Une telle alliance n’existe manifestement pas et le prétendre c’est dire à toutes les personnes qui partagent la déclaration de premier ministre canadien qu’elles sont, elles aussi, des alliées des islamistes. Procéder à un amalgame avec les islamistes de toutes les personnes qui approuvent la déclaration de J. Trudeau ne me semble pas la meilleure façon de soutenir la liberté d’expression.
    Enfin quand J.L Muglioni écrit: »L’histoire des sciences, pour ne considérer que cet aspect du combat pour la vérité et la liberté, est une succession de découvertes qui commencent par être considérées comme blasphématoires et comme manquant de respect pour les autres. Galilée blessait ceux qui refusaient de penser que la Terre tourne sur elle-même et autour du Soleil. » il semble avoir une conception bien particulière et personnelle de l’histoire des sciences et du sens du mot « blasphèmatoire ». Les principaux obstacles que rencontre, généralement, chaque invention ou découverte scientifique sont liés au fait que ces découvertes réfutent et donc s’opposent à d’autres points de vue. Sans nier le rôle important et négatif joué par l’Église dans « l’affaire Galilée », il ne faut pas oublier que si son système allait à l’encontre des Saintes Écritures, il réfutait aussi les positions de la philosophie dominante de l’époque.
    Pierre Leyraud-Montréal

    Répondre
    1. AvatarMuglioni Jean-Michel

      Je réponds aux trois points de M. Pierre Leyraud, qui me permet ainsi d’expliciter mon trop court propos

      « Voir une question de laïcité où elle n’est pas c’est affaiblir d’autant la laïcité, » : cette proposition est tout à fait juste. Il est vrai qu’on a tendance à voir la question de la laïcité là où elle n’est pas. Il me semblait pourtant que M. Trudeau condamnait les pays qui laissent s’exprimer librement quiconque tient un discours considéré comme blasphématoire par un croyant. Cet aspect de la liberté d’expression relève de la laïcité.

      Le terme d’alliance est-il pris ici au sens propre ? Quand je dis que le Canada était allié de la France pendant la dernière guerre mondiale, c’est au sens propre. Il est toutefois légitime et conforme à l’usage de considérer que refuser de dire ce qu’on pense pour ne pas heurter tel ou tel fanatique est une forme de complicité ou d’alliance avec le fanatisme.

      Il est vrai que l’histoire des sciences ne se résume pas, heureusement, à une lutte contre l’Eglise romaine. J’aurai pu prendre l’exemple de Giordano Bruno, dont les thèses étaient considérées comme blasphématoires. Savez-vous qu’un évêque voulait empêcher les travaux de Champollion, il n’y a pas si longtemps, parce qu’ils remettaient en cause la datation des événements qu’on trouve dans la Bible ? Ce n’est pas aussi blasphématoire pour un catholique que les caricatures du prophète pour un musulman. Mais l’affaire des caricatures est elle-même une affaire de blasphème.

      Et donc pour conclure, je dirai seulement que c’est parce que la France est un Etat laïque qu’elle ne reconnaît pas le blasphème : en ce sens, il n’y a pas de droit au blasphème en droit français. Il n’y a pas de blasphème du tout pour notre droit (c’est donc à tort qu’on entend parler partout de droit au blasphème). Il n’y a de blasphème que pour le croyant (même chez nous !). La sortie de M. Trudeau est bien en rapport avec la laïcité, comme le dit déjà ma réponse au premier point.

      Répondre
  3. AvatarPierre Leyraud Auteur de l’article

    Réponse de Pierre Leyraud
    Je ne souhaite pas accaparer les commentaires, mais il m’est difficile de ne pas répondre, à nouveau, à
    J.L Muglioni.
    On lit : » Il me semblait pourtant que M. Trudeau condamnait les pays qui laissent s’exprimer librement quiconque tient un discours considéré comme blasphématoire par un croyant. Cet aspect de la liberté d’expression relève de la laïcité. » Cela montre que, de toute évidence, vous n’avez pas la même conception de la laïcité que moi. Je pense partager celle de Pena Ruiz et de C Kinztler, dans laquelle il est clairement fait une distinction entre l’espace publlc sous l’autorité de l’État ( sphère d’application de la laïcité) et le reste de l’espace public ( lieu de la liberté d’expression). Donc l’aspect de la liberté d’expression que vous soulignez relève uniquement de…la liberté d’expression et la religion.
    On lit aussi, au sujet de l’utilisation abusive du mot « allié » ( J Trudeau allié de l’islamisme ) que vous convenez de parler plutôt d’ »une forme de complicité ou d’alliance avec le fanatisme. » Je prends donc acte de cette atténuation de votre propos puisqu’une « forme » de complicité ou d’alliance met l’accent sur le côté formel de l’attitude.
    Au sujet du blasphème on lit: »je dirai seulement que c’est parce que la France est un Etat laïque qu’elle ne reconnaît pas le blasphème : en ce sens, il n’y a pas de droit au blasphème en droit français. »
    Le Canada n’est pas un État laïque, au sens français ,et ne reconnaît pas le blasphème et il en est de même des USA. La sortie de M Trudeau n’a donc rien à voir avec la laïcité, à moins de voir la laïcité dans toutes les questions qui affectent la religion et l’espace public total..

    Pierre Leyraud Montrèal

    Répondre
  4. AvatarJean-Michel Muglioni Auteur de l’article

    Je réponds trois objections formulées par P. Leyraud
    Leyraud
    On lit : « Il me semblait pourtant que M. Trudeau condamnait les pays qui laissent s’exprimer librement quiconque tient un discours considéré comme blasphématoire par un croyant. Cet aspect de la liberté d’expression relève de la laïcité. » Cela montre que, de toute évidence, vous n’avez pas la même conception de la laïcité que moi. Je pense partager celle de Pena Ruiz et de C Kinztler, dans laquelle il est clairement fait une distinction entre l’espace public sous l’autorité de l’État (sphère d’application de la laïcité) et le reste de l’espace public ( lieu de la liberté d’expression). Donc l’aspect de la liberté d’expression que vous soulignez relève uniquement de…la liberté d’expression et la religion.
    Muglioni
    Je ne comprends pas cet argument.
    Quand un chef de gouvernement demande une limitation de la liberté d’expression pour ne pas manquer de respect à des croyants, c’est une atteinte à la laïcité, et pas seulement à la liberté d’expression en général, puisqu’il s’agit d’une intervention de l’Etat dans un domaine où il doit rester neutre.

    Leyraud
    On lit aussi, au sujet de l’utilisation abusive du mot « allié » (J Trudeau allié de l’islamisme) que vous convenez de parler plutôt d’une forme de complicité ou d’alliance avec le fanatisme. » Je prends donc acte de cette atténuation de votre propos puisqu’une « forme » de complicité ou d’alliance met l’accent sur le côté formel de l’attitude.
    Muglioni
    Il n’y a là rien de formel. « Une forme d’alliance » veut dire « une sorte d’alliance », ou « quelque chose qui équivaut à une alliance ». Donner les armes à ses ennemis, même si on ne passe pas avec eux un pacte d’alliance explicite, c’est en ce sens être ses alliés et se rendre complice de ses attaques. Si ces armes sont seulement médiatiques et idéologiques, c’est encore une manière de leur apporter un soutien. Voilà ce dont j’accuse M. Trudeau.

    Leyraud
    Au sujet du blasphème on lit: « je dirai seulement que c’est parce que la France est un Etat laïque qu’elle ne reconnaît pas le blasphème : en ce sens, il n’y a pas de droit au blasphème en droit français. » Le Canada n’est pas un État laïque, au sens français, et ne reconnaît pas le blasphème et il en est de même des USA. La sortie de M Trudeau n’a donc rien à voir avec la laïcité, à moins de voir la laïcité dans toutes les questions qui affectent la religion et l’espace public total.
    Muglioni
    Que dans une constitution qui ne reconnaît pas la laïcité mais qui, pour utiliser la distinction de Catherine Kintzler, s’en tient à la tolérance, la notion de blasphème n’ait pas de signification juridique, soit ! D’où je conclus que M. Trudeau ne respecte pas le principe de la tolérance de son Etat puisqu’il ne veut pas qu’on tienne des discours ou qu’on fasse des dessins qui sont pour les croyants des blasphèmes ou qui les choque.

    Je conclus donc :
    Si par exemple mon discours choquait les vegans, la laïcité ne serait pas en cause. Si, dans un journal ou dans une déclaration publique, il fallait éviter de dire tout ce qui peut choquer quelqu’un, c’en serait fini de la liberté d’expression. Nous sommes d’accord sur ce point. Mais si un chef d’Etat intervient sur ce qu’il faut ou non dire en matière de religion, c’est bien la laïcité qu’il remet en cause, et chez lui la tolérance.
    Restons-en au point sur lequel nous sommes, je crois, d’accord. Si dans le débat démocratique il faut à tout prix éviter de choquer (« chercher à ne pas blesser de façon arbitraire ou inutile ceux avec qui nous sommes en train de partager une société et une planète »), l’expression d’un désaccord devient impossible. Alors il n’y a plus de débat possible. Alors la société s’endort dans un consensus mou dont la violence fanatique ne la réveille même pas. Et l’on peut être craindre que cette violence finisse par l’emporter.

    Répondre
  5. AvatarChantal CRABERE

    Monsieur Muglioni, merci pour votre article sur les propos de Monsieur Trudeau. En France si la liberté de culte est une liberté fondamentale, les caricatures et la critique des religions font partie de cette liberté. Monsieur Trudeau ne devrait-il pas se souvenir, comme vous le rappelez, du sort qu’ont fait les religieux et les religions aux scientifiques. N’oublions pas que c’est seulement en 1979 que le pouvoir de Rome a réexaminé l’affaire de Galilée. N’oublions pas, non plus, l’affaire Mahmoud Muhammad Taha, ce grand intellectuel musulman libéral qui a préféré la mise à mort au renoncement à ses convictions. Condamné au Soudan en 1985 à l’âge de 74 ans et à qui on a, de plus, dénié le droit à sépulture.
    En ce début de siècle une petite musique monte mezza-voce au nom du retour du sacré sur toute la planète. Monsieur Trudeau ne l’entend probablement pas. Partager la planète ce n’est pas forcément permettre le retour de l’obscurantisme. Notre histoire nous en a fourni tant d’exemples tragiques! Chantal Crabère

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.