« Outer » le Vatican : à propos de « Sodoma » de Frédéric Martel

Avec plus de rigueur que jamais, la doctrine morale de l’Église catholique condamne toute pratique sexuelle hormis la procréation d’enfants par des époux munis du sacrement de mariage. L’ouvrage de Frédéric Martel Sodoma. Enquête au cœur du Vatican1 révèle que les instigateurs de cette morale, dans leur majorité, pratiquent en secret une homosexualité qu’ils anathémisent en public – ce faisant, ils bafouent à la fois leurs vœux sacerdotaux et l’exigence universelle de vérité. On notera toutefois que l’auteur s’avance souvent masqué et parvient à ce brillant résultat par des méthodes qui ne sont pas exactement celles qu’il invoque.

En 2013, Frédéric Martel résumait ainsi une gigantesque enquête internationale qu’il venait d’effectuer : « Sur tous les continents, la révolution gay est en marche. Un jour, l’homosexualité sera peut-être moins pénalisée que l’homophobie ». (Global Gay. La longue marche des homosexuels). Quelques années plus tard, il découvre, au Vatican, « l’une des plus grandes communautés homosexuelles au monde » : Sodoma. Enquête au cœur du Vatican relate cette expédition.

La quatrième de couverture annonce le sujet de l’enquête, provoquée par les multiples questions soulevées par la presse, depuis une quinzaine d’années, à propos de l’Église catholique. Selon Frédéric Martel, elles prennent toutes leur origine dans un même fait dont il a exploré toutes les facettes, la double vie d’un haut clergé à la fois homosexuel et homophobe :

« Le célibat des prêtres ; l’interdiction du préservatif par l’Église ; la culture du secret sur les affaires d’abus sexuels ; la démission du pape Benoît XVI ; la misogynie du clergé ; la fin des vocations sacerdotales ; la fronde contre le pape François : un même secret relie toutes ces questions. Ce secret a longtemps été indicible. Il porte un nom : Sodoma. La ville biblique de Sodome aurait été détruite par Dieu en raison de l’homosexualité de ses habitants. Or aujourd’hui, c’est au Vatican que l’on trouve l’une des plus grandes communautés homosexuelles au monde. […] Ce livre révèle la face cachée de l’Église : un système construit depuis les plus petits séminaires jusqu’au Vatican à la fois sur la double vie homosexuelle et sur l’homophobie la plus radicale. La schizophrénie de l’Église est insondable : plus un prélat est homophobe en public, plus il est probable qu’il soit homosexuel en privé. »

L’auteur entend donc arracher le voile d’hypocrisie dont la plus importante des Églises chrétiennes couvre la doctrine morale inflexible qu’elle entend imposer à un « monde » rétif.

On se souvient en effet que le concile Vatican II (1962-1965) appelait à un aggiornamento de l’Église, à sa réconciliation avec le monde tel qu’il est. Or, dès 1968 et jusqu’à ce jour, la doctrine morale catholique n’a jamais cessé de tourner le dos à l’évolution des mœurs en Europe et aux États-Unis en martel