Rancière à « Répliques » : misère de l’islamophilie politique

Samedi 13 juin 2015 Alain Finkielkraut avait invité Jacques-Alain Miller et Jacques Rancière à poursuivre la controverse qui les avait opposés dans la revue La Règle du jeu, consécutivement à une interview que Rancière avait donnée au Nouvel Observateur1. Les interventions de celui-ci dans l’émission « Répliques » méritent qu’on s’y arrête et nous nous proposons de les commenter en suivant, par commodité, l’ordre dans lequel elles se sont succédé.

Le coup d’envoi est donné (3’ 58’’) avec l’affirmation selon laquelle la laïcité qui, il y a un demi-siècle, se réduisait à la question de savoir si l’État devait ou non financer l’école privée, se réduit aujourd’hui à celle de savoir « ce que les gens doivent porter sur leur tête ». Passons sur le procédé rhétorique qui consiste à glisser insensiblement du fait de proscrire le port de signes religieux dans les collèges et les lycées, c’est-à-dire dans des espaces relevant de l’autorité publique et fréquentés par des mineurs, à celui de prescrire un habillement déterminé à on ne sait qui, on ne sait où, apparemment partout … Alain Finkielkraut lui ayant représenté qu’il y a un demi-siècle déjà dans les lycées publics on demandait aux jeunes filles qui portaient une croix de la glisser sous leur pull, Rancière va lui opposer successivement trois arguments.

En premier lieu (5’ 28’’) l’École publique était une école où on mangeait du poisson le vendredi et donc où l’on « obéissait à un rite qui est proprement celui de la religion catholique ». Détrompons Rancière. Les catholiques n’ont jamais été tenus d’obéir à une telle prescription ou de suivre un tel rite. L’Église médiévale avait fixé pour les chrétiens deux jours hebdomadaires de pénitence, le mercredi et le vendredi, au cours desquels il leur était demandé non pas de manger du poisson, mais de « faire maigre », c’est-à-dire de ne consommer ni viande, ni œufs, ni laitages. Cette règle a de fait disparu depuis un demi-siècle, précisément depuis le 17 février 1966, date de la publication par le pape Paul VI de la constitution apostolique Paenitemini sur la nouvelle discipline du précepte de pénitence qui confère aux conférences épiscopales le pouvoir « de remplacer le jeûne et l’abstinence, en totalité ou en partie, par d’autres formes de pénitence, spécialement des œuvres de charité ou des exercices de piété ». Tout cela est précisé dans les canons 1249 à 1253 du code de droit canonique. Toujours est-il que le poisson étant classé au Moyen Âge parmi les aliments maigres, l’habitude a été prise depuis des siècles, du moins par ceux qui en avaient les moyens, de substituer le poisson à la viande le vendredi, habitude qui a survécu à la montée de l’athéisme et au déclin de la pratique religieuse. Il y a belle lurette que les agnostiques et les athées mangent du poisson le vendredi en toute laïcité, de même qu’ils chôment le 15 août sans accuser l’État de les contraindre à honorer l’Assomption de la Sainte Vierge.

Le second argument (5’ 58’’) est une anecdote personnelle. Lorsqu’il a fait sa communion, le petit Rancière a distribué des images pieuses à ses copains de classe et ceux-ci les ont acceptées : « Je n’ai vu personne nous les jeter à la figure ». Mais on ne sache pas non plus que les jeunes filles porteuses de voile dans les établissements scolaires avant la loi de 2004 se les soient fait arracher par leurs condisciples. Quel rapport avec les dispositions institutionnelles émanant de l’autorité publique ?

La logique immanente à ces deux premiers arguments consistait à mettre sur le même plan, celui des symboles religieux, le voile islamique, les images pieuses et le poisson du vendredi : puisqu’on accepte les deux derniers, pourquoi refuser le premier ? Le caractère religieux du voile était ainsi présupposé. Le troisième argument de Rancière rompt avec ce présupposé et donc avec cette logique : « Le point décisif est de savoir si un mode d’habillement traditionnel est une forme de propagande religieuse » (6’ 15’’). Le voile islamique n’a pas de signification théologico-politique, il n’est qu’une coiffure traditionnelle, un peu comme un fichu de paysanne. Cependant tous ceux qui ont fréquenté des établissements scolaires avant la fin des années 80 savent parfaitement que cette « tradition » y était totalement inconnue et beaucoup n’ignorent pas que la floraison du voile peut être assez précisément datée. On aimerait donc que Rancière nous expliquât pourquoi et comment les jeunes musulmanes ont brutalement découvert la tradition en 1989. Suggérons-lui en attendant que certains imams et « grands frères » avaient peut-être eu vent de la réplique qu’on attribue au pape Jean XXIII, accusé de ne pas respecter les traditions : « Les traditions, je les aime tellement que j’en invente de nouvelles ».

Jacques-Alain Miller ayant évoqué, travaux de Bernard Lewis à l’appui, le « ratage » de l’Islam dans sa rencontre avec la modernité depuis la Renaissance et le sentiment d’humiliation qui s’en est suivi, Rancière déclare que ce « ratage supposé » depuis trois siècles porte le nom « de la colonisation européenne », « de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens » et « des guerres menées ces dernières années par les États-Unis, de ces nouvelles croisades ». (20’). Ainsi un déclin qui remonte, non pas exactement à trois siècles mais à la fin du Moyen Âge est explicable par des faits qui datent, eux, du XIXe et du XXe siècle. Et Rancière qui s’est défendu au cours de l’émission d’avoir une vision ramenant la politique à l’affrontement manichéen des dominants et des dominés explique l’humiliation des musulmans par des invasions américaines d’inspiration religieuse puisqu’il n’hésite pas, reprenant à son compte le vocabulaire des terroristes, à les qualifier de « nouvelles croisades ». On lui répondra que les rapports des États-Unis avec le monde musulman ne se laissent pas réduire à ces schémas simplistes. En 1956 lors de la crise de Suez, alors même que l’Égypte était militairement vaincue par la coalition israélo-franco-britannique, les États-Unis ont contraint celle-ci (plus juive, catholique et protestante que musulmane si l’on tient absolument à parler de croisade) à battre en retraite. De 1980 à 1989, après l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique, ce sont les moudjahidines de Hekmatyar et de Ben Laden que les États-Unis ont soutenus à hauteur de plus de 3 milliards de dollars contre des « croisés » russes, plus orthodoxes que musulmans, semble-t-il. Dans la dernière décennie du XXe siècle, en Bosnie puis au Kosovo, c’est encore pour défendre des musulmans que les États-Unis ont bombardé une Serbie elle aussi plus orthodoxe que musulmane. Quant aux deux guerres d’Irak auxquelles Rancière fait manifestement allusion, il ne faut pas oublier qu’elles ont été conduites contre certains musulmans au profit – et même à la demande – d’autres musulmans. Enfin, puisque Rancière est si prompt à débusquer l’idéologie d’extrême-droite derrière le refus républicain du voile islamique, il devrait se féliciter qu’aux États-Unis (où le nombre de mosquées a doublé depuis 20 ans) le port du voile soit mieux accepté que chez nous et il devrait féliciter le président Obama d’avoir, dans son discours du Caire, morigéné la France en la rappelant aux saines valeurs du multiculturalisme américain.

Nous n’en avons pas fini avec la malfaisance yankee puisque Rancière lui impute la montée du fondamentalisme islamique et en donne pour preuve le cas de l’Iran. Dans l’Iran des années 1950, nous explique-t-il, il y avait une volonté de modernisation, mais cela a été « balayé » parce que « malheureusement les Américains sont intervenus » (24’). Il y a là du rafraîchissant et du proprement stupéfiant. Rafraîchissante cette réhabilitation posthume du régime de Mohammad Reza Palahvi si l’on veut bien se souvenir de l’horreur que le Shah et sa sinistre Savak inspiraient à toute la gauche et à toute l’extrême-gauche de l’époque, et, corrélativement, du soutien résolu, voire de l’enthousiasme, avec lequel celles-ci accueillirent la révolution khomeiniste : au-delà de Michel Foucault et de ses fameux articles du Corriere della Sera, c’est le parti socialiste qui organisait le 23 janvier 1979 une réunion de soutien à la maison de la chimie et c’est son bureau exécutif qui saluait le 14 février ce « mouvement populaire d’une ampleur exceptionnelle dans l’histoire contemporaine ». Mais ce qui est proprement stupéfiant c’est d’apprendre que la modernisation entreprise par le Shah a été balayée par une intervention américaine. Voilà une croisade dont on n’avait pas entendu parler ! On n’ose croire que Rancière reproche aux Américains les pressions que Jimmy Carter exerça en 1977 sur le Shah en faveur des droits de l’homme, de la liberté d’association et de la libération de prisonniers politiques …

Au bout de 36’ Rancière revient sur la question du voile. Pour montrer à quel point la laïcité française est devenue agressive depuis 60 ans il a recours à l’argument suivant : « À l’époque de la colonisation le fait que les femmes étaient voilées, ça ne gênait pas les colons français […]. L’idée à l’époque qu’une femme ne devait pas être voilée pour s’occuper d’un enfant, par exemple, ça aurait été comique de dire ça à des colons français qui confiaient leurs enfants à des femmes musulmanes en Algérie ». On le voit, Rancière n’est pas seulement nostalgique du régime du Shah, mais aussi de la colonisation, en tout cas des aspects positifs qu’il lui reconnaît. Ah ! que la moukère était libre dans l’Algérie française ! Il semble seulement lui échapper qu’aujourd’hui encore en France aucune loi n’interdit à des parents de faire garder leurs enfants chez eux, et de les faire promener dans la rue, par une nounou voilée. Ce qui est interdit c’est le port du voile et des autres signes religieux dans l’enceinte de l’école publique (et des crèches publiques), y compris lorsque à l’occasion d’un déplacement scolaire, c’est l’école qui se déplace avec des parents qui assistent les professeurs dans la surveillance des élèves.

Alain Finkielkraut ayant alors invoqué l’autorité de Lévi-Strauss pour rappeler que les cultures ont le droit de se protéger les unes des autres afin de persévérer dans leur être, Rancière lui rétorque (40’) que s’il en est ainsi, cela vaut également pour les musulmans. Il ne lui vient pas à l’idée que dans l’esprit de Lévi-Strauss il ne s’agissait pas d’un droit pour des Nambikwara qui auraient émigré chez les Paressi de préserver la culture Nambikwara à l’intérieur de la culture Paressi. Il ne voit pas non plus que les musulmans s’entendent assez bien à préserver leur culture si l’on songe au sort réservé aux chrétiens d’Orient qui ne sont pourtant pas précisément des immigrés. Il n’est pas nécessaire d’aller en Irak, au Pakistan ou en Arabie Saoudite : plus près de nous, en Algérie, on met en prison pour prosélytisme des religieuses catholiques parce qu’elles possèdent plus d’un exemplaire de la Bible et en Égypte on brûle plus d’églises qu’on n‘en construit. Il semble que la politique préconisée par Alain Finkielkraut et Jacques-Alain Miller au cours de l’émission était moins brutale.

Alain Finkielkraut ayant enfin fait observer que dans la société multiculturaliste qui s’annonce, qui selon Rancière est déjà là, ce sont les juifs et non les musulmans qui quittent la France et Jacques-Alain Miller ayant ajouté que ce départ des juifs n’avait guère soulevé d’émoi à la gauche de la gauche, Rancière répond que les choses sont plus compliquées : « Que les juifs s’en aillent, c’est aussi ce que Netanyaou leur demande » (49’). Rancière est manifestement en délicatesse avec la chronologie bien qu’il ait été instruit à une époque où les programmes d’histoire lui accordaient une place plus grande qu’ils ne l’ont fait par la suite. L’appel de Netanyaou aux Français juifs date du 10 janvier 2015, c’est-à-dire du lendemain du massacre dans l’épicerie casher. La hausse significative de l’émigration de nos compatriotes juifs en Israël est consécutive à la vague d’attentats antisémites qui a frappé la France entre septembre 2000 et janvier 2002. Le nombre de départs annuels qui était de 1360 en 2000 est passé à 2480 en 2002. Une nouvelle hausse spectaculaire a eu lieu après la tuerie de Toulouse : on est passé de 3200 départs en 2013 à 7000 en 2014 et il devrait y en avoir plus de 10000 en 2015. Mais bien sûr tout cela n’a pas grand-chose à voir avec les trois semaines du supplice d’Ilian Halimi, ni avec l’assassinat des enfants de l’école Ozar-Hatorah de Toulouse, ni avec celui des clients de l’épicerie de la porte de Vincennes. Dans l’épistémologie de Rancière c’est l’effet qui précède la cause. Si les juifs quittent la France c’est pour faire plaisir à Netanyaou et l’aider à résoudre ses problèmes démographiques.

Écouter Rancière à « Répliques » aura permis de prendre la mesure du naufrage de la pensée critique lorsqu’elle conjugue islamophilie politique, américanophobie et antisionisme au service d’une révolte dont on ne perçoit, hélas, que trop bien la logique.

© André Perrin et Mezetulle, 2015.

11 thoughts on “Rancière à « Répliques » : misère de l’islamophilie politique

  1. AvatarIncognitototo

    Merci M. Perrin, c’est d’une clarté, on ne peut plus limpide. Impossible de réfuter quoi que ce soit à votre argumentaire.

    Je retiens (comme Nietzsche avant vous), que quand « l’effet précède la cause » tous les « délires » deviennent possibles.

    Je serais curieux de savoir si vous aurez au moins réussi à semer le doute dans la pensée de M. Rancière… J’ai des doutes, on ne peut convaincre personne dont la pensée est aussi « perturbée ».

    Répondre
  2. AvatarJean-ollivier

    « Dans l’Iran des années 1950, nous explique-t-il, il y avait une volonté de modernisation, mais cela a été « balayé » parce que « malheureusement les Américains sont intervenus » (24’). »
    J’ai l’impression qu’il s’agit du gouvernement Mossadegh, effectivement liquidé par les Américains en 1953, si mes souvenirs sont bons. Ce monsieur Rancière, dont j’ignore tout, semble dire suffisamment de bêtises pour ne pas lui en imputer d’imaginaires.

    Répondre
    1. AvatarAndré Perrin Auteur de l’article

      On ne peut pas limiter le processus de modernisation de l’Iran aux deux années (avril 1951 – août 1953) du gouvernement Mossadegh. Celui-ci a par ailleurs été élu avec l’appui des religieux et il a conduit une politique nationaliste visant avant tout à affranchir son pays de l’influence britannique. Ce n’est pas avec les États-Unis qu’il est entré en conflit, mais avec la Grande-Bretagne en expropriant la puissante compagnie pétrolière Anglo-Iranian Oil Company, en nationalisant les gisements pétroliers, en expulsant les techniciens britanniques et finalement en rompant les relations diplomatiques avec Londres. C’est ce qui a été à l’origine du coup d’État à l’exécution duquel la CIA a en effet apporté sa contribution, mais qui a été conçu et voulu par la Grande-Bretagne. Ce sont du reste les Britanniques et non les Américains que Mossadegh lui-même a toujours incriminé. Ce coup d’État n’a pas été un coup d’arrêt à une tentative d’occidentalisation, mais un coup d’arrêt à une volonté d’indépendance économique à l’égard d’une puissance occidentale. Ce qui a limité la modernisation et l’occidentalisation de l’Iran, ce sont les multiples violations des droits de l’homme et à cet égard, comme je l’ai indiqué dans mon article, les Américains, loin de les encourager, ont exercé des pressions sur le Shah pour qu’il adopte des pratiques plus proches de celles des démocraties occidentales. Bien que parfois couronnées de succès ces pressions n’ont pas été suffisantes pour empêcher la chute du régime en 1979.

      Répondre
  3. AvatarCincinnatus

    Bel article, impeccable sur le fond comme sur la forme.
    L’islamophilie à gauche doit aussi être perçue, me semble-t-il, dans le cadre de la concurrence de différentes familles de pensée pour l’hégémonie intellectuelle. Entre libéraux, républicains et identitaires, se mène actuellement une lutte idéologique violente (j’ai essayé de la décrire ici : https://cincivox.wordpress.com/2015/03/02/wargame-ideologique-a-gauche/ ).
    Elle est en outre favorisée par la faiblesse idéologique dans le champ politique. La rupture entre partis et intellectuels (le remplacement des normaliens par les énarques n’y est sans doute pas pour rien) restreint l’irrigation des premiers par les seconds, viciant le débat public.
    Cincinnatus
    https://cincivox.wordpress.com/

    Répondre
  4. AvatarPilgrim

    En France, les « penseurs » de gauche exhibent de façon périlleuse une incapacité totale à penser le fait que – comme le dit Pascal Bruckner, je crois – les minorités (les damnés de la Terre) sont passées dans le camp du « mal ». Les minorités meutries, sont devenues meutrières. C’est un double désavœu pour ces intellectuels : d’abord parce que les dominés ne portent aucune promesse sociale inédite, ensuite parce cela veut dire que le travail d’émancipation de ces intellectuels (et de tous les relais) n’a pas fonctionné. Alors, pour faire bonne figure, ils s’obstinent à penser ce problème nouveau – le totalitarisme d’un certain archaïsme religieux revival, le nihilisme des arrières-mondes – avec des catégories anciennes. Et faisant toujours « plus de la même chose », s’enfoncent donc dans le « sociologisme ». Mais un intellectuel qui ne sait penser que le connu n’en est pas un.
    Ou bien, faut-il suspecter qu’ils aient d’ores et déjà choisi leur camp et prennent des garanties pour un certain avenir (qui n’est pas encore, loin de là, un avenir certain) ? Indigence ou allégeance intellectuelle ?
    Pour l’instant j’opte pour le scotome cognitif et l’inertie mentale au service de la rente intellectuelle. Au péril de l’intérêt de tous…

    Répondre
  5. AvatarJacques Jedwab

    J’ai été effaré en entendant l’émission d’entendre Jacques Rancière raconter comme une bluette les célébrations à l’école des communions d’antan. J’apporte ici mon témoignage. Enfant juif, né en 1946, les jours de communion n’ont jamais été simples. Ils venaient rompre un état de fait laïc, soit l’indifférence presque parfaite aux faits religieux qui me permettait de me sentir libre à l’école, libre d’apprendre, d’avoir peur, de pouvoir manifester mon intelligence, de la faire jouer. Je venais d’une famille qui avait connu des formes d’intégrisme, où les filles, ma mère et sa soeur ainée, s’étaient senties libérées du poids familial par l’école républicaine. Ma mère me racontait comment une enseignante juive avait regroupé le premier jour de sa classe en 5 ème les élèves juives pour leur dire qu’elles avaient l’obligation de venir et d’écrire le samedi, et que d’ailleurs les compositions auraient lieu ce jour là. Ce fut une bouffée d’air pour les soeurs. Le jour des communions, je me sentais exclus, le pacte qui me liait à l’école était rompu. Non, contrairement à ce que pense Rancière, tout n’allait au mieux dans le meilleur des mondes.

    Répondre
  6. Ping : « L’école des réac-publicains », un brûlot contre l’instruction publique qui se croit subversif - Mezetulle

  7. Ping : Indivisible humanité – Objections à Étienne Balibar, par Sabine Prokhoris - Mezetulle

  8. Ping : ReSPUBLICA » Indivisible humanité – Objections à Étienne Balibar

  9. Ping : André Perrin – Scènes de la vie intellectuelle en France – Miscellanées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.